Infos

 

Nouvelles du Maroc

 
 

Tourisme : +3% en 2011 ? les professionnels sceptiques

Avec un troisième trimestre jugé calme, les opérateurs considèrent qu'il sera difficile d'atteindre ne serait-ce que le nombre de touristes enregistré en 2010.

L’année 2011 touche à sa fin. Pourtant, il est difficile de savoir si le secteur du tourisme tirera ou pas son épingle du jeu durant cette année marquée, entre autres, par la crise dans les marchés émetteurs, l’attentat au café Argana à Marrakech et le printemps arabe. En effet, les statistiques officielles sont publiées de plus en plus en retard, privant les professionnels et les analystes d’un instrument de travail qui, sous d’autres cieux, permet de réajuster le tir. D’ailleurs, après avoir regroupé les chiffres d’août et de septembre en une seule livraison, publiée à la mi-novembre, le département du tourisme n’a toujours pas, à l’heure où nous mettions sous presse, dévoilé les chiffres du mois d’octobre et l’on se demande bien quand ceux du mois de novembre seront connus.

A ce jour donc, on ne dispose d’aucune donnée sur la tendance en termes d’arrivées et de nuitées pour le dernier trimestre 2011. Ce faisant, on s’en remet donc aux prévisions des professionnels qui affirment unanimement que 2011 sera moins bonne que 2010, et ceci est d’autant plus plausible que les réservations pour la dernière semaine de décembre restent très timides, dans le sillage des deux premiers mois du dernier trimestre. La plupart des hôteliers qualifient la fréquentation de leurs établissements durant les mois d’octobre et de novembre 2011 de «plutôt calme». Considérant que l’année 2010 s’est achevée avec un nombre de touristes qui a dépassé officiellement 9,5 millions, on ne voit pas comment, en un seul trimestre, de surcroît jugé décevant par les opérateurs, on pourrait faire mieux qu’en 2010, sachant qu’à fin septembre, on en était à 7,3 millions, soit une progression de 2% seulement. Le taux d’occupation des hôtels classés avait par contre reculé d’un point par rapport à l’année précédente, à 42%. Cette situation morose est confirmée par l’Association des agences de voyages françaises (CETO), principal marché émetteur du Maroc. Son président a affirmé récemment que les ventes seront moins importantes qu’en 2010 au départ de la France vers l’Afrique du nord. En outre, la baisse de la demande de manière globale au niveau mondial, et notamment celle du principal marché qu’est l’Europe, entraînera, selon les spécialistes, un ralentissement de la croissance du secteur du tourisme de l’ordre de 3% durant les deux prochaines années.

Ces constats et prévisions n’inquiètent pas les milieux officiels. Lors de la dernière réunion de son conseil d’administration, tenue le 28 novembre dernier pour approuver son budget de l’année 2012, l’Office national marocain du tourisme (ONMT), a, selon des sources sûres mais officieuses, prévu que les arrivées augmenteraient de 3% en 2011 par rapport à 2010. Il prévoit même une croissance de 5% en 2012, après avoir évalué les facteurs négatifs et positifs pouvant avoir un impact sur la destination Maroc. Sur le chapitre des facteurs négatifs, l’office énonce les politiques de rigueur sur trois des principaux marchés émetteurs que sont la France, l’Espagne et l’Italie et le retour progressif de la Tunisie en tant que destination concurrente, sans oublier la réduction des dessertes de Royal Air Maroc (RAM) sur plusieurs destinations internationales.

Une nouvelle campagne de communication : «Le Maroc qui voyage en vous»

Mais apparemment la parade est toute prête, car l’ONMT estime que ces aléas peuvent être surmontés par l’arrivée au Maroc de nouveaux produits haut de gamme s’adressant à une clientèle qui n’est pas touchée par la rigueur ambiante, le sursaut que connaît le segment du MICE (meetings, incentives, conférences and exhibitions), autrement dit, le tourisme d’affaires dans son ensemble ; l’intensification des vols RAM à partir du marché anglais et la disponibilité des Marocains résidents à l’étranger (MRE) à venir au Maroc. Enfin, il y a la promotion pour laquelle un budget équivalent à celui de 2011, soit 550 MDH, est arrêté.

La gestion et l’affectation de ce budget de promotion reste insensible à la conjoncture internationale et suit le même schéma que les années précédentes. La campagne multimédias et relations publiques (radio et télévision, cinéma, presse, affichage, internet, etc.) ainsi que les manifestations devront absorber 73% de l’enveloppe. L’animation du réseau de vente bénéficiera de 8%. Enfin, 19% est consacrée au co-marketing. Cette dernière rubrique gagnerait peut être à être renforcée par les temps qui courent puisqu’elle concerne directement les preneurs de décision, tour-opérateurs et compagnies aériennes notamment.

S’agissant de la répartition géographique du budget, la France arrive en tête avec 13%, suivie du Royaume-Uni (10%), l’Allemagne et l’Italie (7% chacun) et la Belgique 5%. Le reste est réparti sur plusieurs marchés, entre autres l’Autriche et les pays de l’Est (4%), la Scandinavie (4%), la Russie (4%), les pays Bas (3%), la Suisse, les pays du Moyen-Orient, les Etats-Unis… Cette campagne est conçue autour d’un nouveau slogan : «Le Maroc qui voyage en vous» ?




Mohamed Moujahid. La Vie éco

 
 
 

 
 :: Travel Articles
 :: Tourisme : +3% en 2011 ? les professionnels sceptiques